Géographie sacrée de Rennes-les-Bains

Nous prions le lecteur de nous excuser de ne livrer ici qu’une partie de notre travail, plus précisément sa conclusion, le fruit d’un décryptage. Nous souhaitons réserver à un ouvrage à paraître (et qui sera annoncé en page d’accueil du présent site) l’exposé des méthodes et d’autres incidences. En voici pour simplifier le résumé :

Rennes-les-Bains est un petit village voisin et historiquement indissociable de Rennes-le-Château. Le collègue de Béranger Saunière, notre curé aux milliards, se nommait l’abbé Boudet, en charge de Rennes-les-Bains. Henri Boudet nous a laissé un ouvrage fort curieux, intitulé « La Vraie Langue Celtique et le Cromleck (sic) de Rennes-les-Bains ». Outre le fait qu’aucun cromlech (cercle mégalithique de pierres dressées) n’existe dans la paroisse ou aux environs, le livre est un tissu d’absurdités et de jeux de mots nous laissant deviner un propos caché, l’abbé ayant toute sa raison lorsqu’il écrit. Les habitués de « l’affaire Rennes-le-Château » le savent fort bien : l’opuscule de Boudet est crypté. Nous dirons comment nous en avons percé le mystère dans notre livre à venir. Pour l’heure, voici le fruit d’un décryptage rigoureux du texte de l’abbé, à l’aide d’une méthode inédite à notre connaissance. Le principal objectif de l’auteur est de nous décrire une géométrie sacrée qui n’a rien à voir avec la carte livrée, mais se résume à celle que nous présentons ici. Nous avons conscience que, sans exposer la méthode de décryptage, nous susciterons pour le moins un grand scepticisme, et donnons donc rendez-vous à nos lecteurs après la parution de notre livre.




Le trait reliant Alet-les-Bains au château d'Arques a un azimut de 118° (mesure précise sur Google Earth), une valeur dont on découvrira ci-dessous l'importance.

Le centre du dispositif est l’église de Rennes-les-Bains. Un cercle (cromlech imaginaire) est tracé, passant par le château d’Arques. L’axe joignant ces deux lieux est rigoureusement (vérification faite sur Google Earth) de 45° par rapport au nord. Un autre axe à 30° rejoint Alet-les-Bains (cathédrale, première construction au Ixe siècle). Nous faisons figurer l’axe nord-sud (en bleu) et le méridien de Paris (ligne rouge verticale). La ligne bleue qui frôle Sougraigne correspond au lever du soleil le 17 janvier (une date clé dans le dossier de Rennes). A l’intersection du cercle se situe un petit mont sur lequel des chercheurs ont découvert une grotte durant l’été 2011, qu’ils pensent être l’entrée vers le trésor maudit ! Qui sait ? Enfin, le point bleu marque l’emplacement du tombeau, près d’Arques, qu’aurait peint Nicolas Poussin dans son tableau « Les Bergers d’Arcadie ». On retrouve là les ingrédients habituels de Rennes.

Curieusement, le schéma en forme de Y (avec deux branches à 30 et 45 degrés) qui caractérise la construction de Boudet se retrouve dans la composition de l’œuvre de Poussin (jeu de mains, ci-dessous). Et dans d’autres, comme la Cène de Vinci. Voyez vous-même…


Nicolas Poussin : Les Bergers d'Arcadie... Jeu de mains



Le Col d'Al Pastre
De nombreux auteurs ont relevé ce détail : le tableau de Poussin montre une bergère caressant l'épaule et la base du cou du berger. Notre composition souligne ce point, avec un azimut de 45°. La carte IGN (ci-dessous) est très explicite à cet égard : depuis l'église de Rennes-les-Bains, qui fait office de point central, l'angle de 45° traverse le col d'Al Pastre et rejoint le donjon d'Arques. Nous pouvons lire dans le dictionnaire Larousse de l'Ancien Français les définitions suivantes :
Col : 1°cou ; 2° Nuque, épaules
Pastre
ou pastor : 1° Jeune berger


L'angle à 45° qui va de l'église de Rennes-les-Bains au donjon d'Arques traverse le col d'Al Pastre.
Ce tracé souligne le rôle central joué par l'église de Rennes.
Selon le chercheur Cardou, qui s'exprime sur le forum http://www.renneslechateau-fr.com/ et que nous remercions vivement de cette précision, les ruines signalées sur la carte IGN au Col d'Al Pastre sont celles d'une bergerie.

 
Léonard de Vinci : La Cène

Le décryptage de la Vraie Langue Celtique

Le décryptage de la VLC nous a fait découvrir, entre autres éléments clés, un lieu a notre connaissance ignoré dans l'affaire de Rennes : il abrite une version intéressante des Bergers d'Arcadie de Poussin, dont nous reproduisons ci-dessous un détail. Une forme en Delta (la lettre grecque, pas le delta ou embouchure du Rhône) y est gravée, qui épouse la forme en Y déjà mentionnée. Ici, l'index du berger ne pointe plus une lettre mais un point qui occupe la place du tombeau d'Arques dans notre cartographie (ci-dessus). Etonnante coïncidence, d'autant que le texte "ET IN ARCADIA EGO" devient ici "ET IN ARCA EGO", le Delta s'appuyant sur le second A de Arca. 


Le Delta gravé sur les Bergers d'Arcadie.
Le lieu où découvrir cette sculpture est codé précisément
dans La Vraie Langue Celtique de l'abbé Boudet.

A propos de la précision des mesures...

Nous remercions les Internautes qui, quelques jours après la publication de notre page, nous ont fait part de leurs critiques. Ainsi, on nous fait observer à juste titre la précision toute relative des tracés sur une carte (quelle projection ? quelle échelle ?)... Un habitué des deux Rennes nous écrit qu'il est peu probable que l'église de Rennes et le Château d'Arques, construits à des époques différentes, puissent être placés sur un azimut à 45°. 

Voici notre réponse, et elle est étonnante : nous avons utilisé le logiciel Google Earth, que chacun peu télécharger gratuitement. L'outil "règle" du logiciel permet une mesure au mètre près de la distance entre deux points, et indique son azimut (angle par rapport au nord) au centième de degré près ! Les lignes rouges des visuels ci-dessous sont tracées par Google Earth, et chacun pourra en faire l'expérience. Partez comme ci-dessous de l'église de Rennes-les-Bains et suivez un azimut de 45,00° sur une distance de 5462 mètres exactement : vous vous trouvez à la porte d'entrée du château d'Arques (donjon) ! Une telle précision est hallucinante, dérangeante pour l'esprit mais bien réelle.

Nous évoquions (ci-dessus) la découverte d'une grotte en 2011, près de Sougraigne, qui fit grand bruit dans les médias ("Ils ont découvert la grotte au trésor" titrait la Dépêche du Midi)... Notre carte situe un point sur un axe correspondant au lever du Soleil le 17 janvier. Vérifions : le site http://www.imcce.fr/fr/ephemerides/phenomenes/rts/rts.php nous donne l'azimut du lever de Soleil à Rennes-les-Bains le 17 janvier : 118° (c'est à dire que le Soleil se lève à 28° de l'est géographique ce jour-là). Nous utilisons alors à nouveau Google Earth : plaçons-nous à l'église de Rennes-les-Bains. Parcourons 5462 mètres (rayon de notre cercle) avec un azimut de 118°. Nous sommes (copie d'écran ci-dessous) à 300 mètres à l'ouest du pech d'En Couty. C'est sur ou près de ce pech que fut découverte la grotte de Sougraigne évoquée plus haut.



Transposition sur la carte IGN :

Pour préciser l'endroit sur une carte, nous avons utilisé le site de l'IGN http://www.geoportail.gouv.fr/ pour retrouver notre point en vue satellite (croix rouge ci-dessous), puis en vue cartographique.

Enfin, nous avons placé, sur Google Earth, le sommet du DELTA au centre du village d'Alet. De ce point, la mesure précise de l'azimut vers le donjon d'Arques est de 118,07° - précision remarquable :


 La mesure précise de l'azimut vers le donjon d'Arques est de 118,07°.
Le point d'origine des lignes rouges est la place de la république,
place centrale du village historique d'une grande beauté, avec ses
maisons à colombages que nous vous invitons à découvrir en cliquant ici.

 L'axe de symétrie du DELTA a aussi son importance : partant de la pointe au centre d'Alet, il prend l'azimut 135°, c'est à dire 45° par rapport au sud. Cette droite est donc orthogonale à la ligne Rennes-les-Bains/Arques (45°). On constate qu'elle passe exactement au centre du village de Serres, et même traverse l'église. Il est dès lors curieux de constater une étrange double croix dans l'édifice, comme un miroir soulignant le palindrome du nom-même : SERRES se lit indifféremment de droite à gauche ou de gauche à droite. Autre curiosité : cet axe coupe la ligne orthogonale Rennes/Arques en un point pratiquement placé sur le méridien de Paris (pour être précis, sur le méridien de la pointe de l'Ile de la Cité, entre le Louvre et Notre-Dame). Ces éléments contribuent à enrichir la géographie sacrée de Rennes.


Eglise de SERRES : cette photographie de la double croix nous a été très aimablement communiquée par Johan, webmaster du Portail et de la Gazette de Rennes-le-Château.
Nous invitons le lecteur de cette page à suivre ces liens incontournables.
Nous reviendrons bientôt sur la symétrie des lieux, qui présente tout en double, comme en miroir : un thème central, nous semble-t-il, dans l'énigme des deux Rennes.
 
Ombre et Lumière, case noire, case blanche ; palindrome ; Levers et couchers de Soleil
les 17 janvier et 22 juillet. INRI de Fulcanelli et INRI de Doinel :
le mythe des deux Rennes repose sur un jeu de dupes.
 

Nous sommes très attachés à ce point nommé, en attendant mieux, Azimut 118. Ceux qui manient avec dextérité cartes et Google Earth pourrons vérifier que le trait qui part de la tour Magdala et passe par le lieu dit "Le Cercle" (bien connu des habitués de Rennes) pointe très précisément notre Azimut 118. Même les distances sont respectées : du point Azimut 118, comptez 5462 mètres (le rayon de notre cercle en géographie sacrée) en direction de la tour Magdala, et vous vous trouverez au lieu dit "Le Cercle", près du fauteuil du Diable, lieux codés  par le Daemon Asmodée, gardien de l'église de Rennes-!e-Château.

Mais notre intérêt pour ce cap est avant tout astronomique : Lire la suite. 

Nous dirons plus tard comment nous avons décrypté le livre de Boudet. Et quelles extraordinaires perspectives ouvre cette clé.

Christophe de Cène
asteria @ aliceadsl.fr
 

Retour à l'accueil